Quelle différence entre les peptides de collagène, le collagène et la protéine en poudre ?

Le collagène : Le collagène est une protéine structurale qui se trouve dans les os, le cartilage, les muscles, le tissu conjonctif de notre corps. Il est un élément clé pour maintenir la structure et la souplesse de nos tissus. Côté répartition, le collagène représente une grande partie de la masse protéique de notre corps.

Les peptides de collagène (hydrolysat de collagène, collagène hydrolysé) : Lorsque l’on parle de peptides de collagène, il s’agit souvent d’un complément alimentaire qui renforce nos articulations ou accélère la récupération après les exercices physiques. Ils possèdent également une propriété anti-âge qui préserve notre capital de jeunesse.

Si le collagène possède autant de bénéfices pour notre corps, c’est parce qu’il contient lui-même des acides aminés vitaux pour nos organes (arginine, proline, glycine, hydroxyproline, tyrosine, etc.).

La procédure d’hydrolyse enzymatique est une méthode industrielle très efficace pour fragmenter le collagène macromoléculaire. À l’issue de cette procédure biochimique, le collagène devient moléculairement plus petit que sa taille initiale. Cela rend les nutriments contenus dans le collagène plus faciles à être assimilés par nos intestins au niveau de la jonction serrée.

La protéine en poudre :

Pour prendre de la masse musculaire, les amateurs de musculation consomment souvent les protéines en poudre. Comme une alternative aux viandes, les protéines en poudre sont non seulement moins chères, mais aussi très pratiques pour consommer pendant ou après chaque entraînement physique. Malgré ses propriétés protéiques, la consommation de la protéine en poudre n’aura pas d’impact sur votre peau et vos articulations.

Dérivés du lait, le lactosérum ou la caséine sont les deux ingrédients les plus utilisés pour fabriquer des protéines en poudre. La protéine en poudre à base de l’œuf ou de soja est aussi très commune.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest

De quels types de collagène a-t-on besoin ?

Il y a au moins une vingtaine de types de collagène dans notre corps, mais presque 90 % de ces collagènes sont de type I, II, III et IV. On les retrouve dans nos tissus conjonctifs tels que la peau, les os, les tendons, les cartilages et les ligaments.

Le collagène Type I est la composante fondamentale de la peau, des os et des tendons.


Le collagène Type II est composé de fibres rondes que l’on retrouve dans le cartilage, mais aussi dans le corps vitré de l’œil.


Le collagène Type III forme des tissus conjonctifs dits réticuline qui permet aux organes, comme le foie, le cœur, les reins de maintenir leurs structures et leurs fonctionnalités vitales.


Le collagène de Type IV forme des feuilles qui se trouvent entre les couches lames basales des cellules épithéliales et les cellules musculaires.

Faut-il distinguer les origines des ingrédients des peptides ?

Il existe deux sortes de peptides de collagène : les peptides de collagène marin et les peptides de collagène bovin ou animal. Ils sont presque identiques en termes d’efficacité et de fonctionnalité, cependant il y a des nuances subtiles à comprendre.

  • Les spécificités des peptides d’origine marine

Les peptides de collagène marin sont obtenus à partir d’extraits de la peau, des écailles et des arêtes du poisson marin. Contrairement à l’élevage industriel des animaux, les poissons marins sont pêchés directement dans la mer. Par ailleurs, les ingrédients de peptides marins présentent moins de risques par rapport aux peptides porcins ou bovins en raison de l’utilisation d’antibiotiques et d’hormones très commune dans les élevages industriels.

En termes de biodisponibilité, l’ingestion de peptides de collagène marin est plus rapide que les peptides porcins ou bovins.

Le collagène marin est particulièrement utile pour booster votre beauté et la mobilité de vos articulations, puisqu’il contient du collagène type I et type II, qui sont des composantes vitales de notre peau et de nos cartilages.

  • Les spécificités des peptides d’origine animale

La plupart des peptides d’origine animale vendus en France sont fabriqués à partir des moelles et de la peau de vache. On parle souvent du collagène bovin. Mais il existe aussi des collagènes porcins ou de veaux. Pour des raisons religieuses, des peptides d’origine animale sont moins populaires que ceux d’origine marine.

Au-delà des bénéfices sur la beauté de notre peau, le collagène d’origine animale est aussi très utile pour réparer les micros-fissures musculaires et renforcer les moelles osseuses fragiles, car il booste notamment la production de collagène type I et type III.

Quels bénéfices pourrais-je obtenir ?

  • Les bénéfices sur la beauté : Les peptides de collagène marin aident notre peau à maintenir son élasticité, sa souplesse et sa fermeté. Côté l’hydratation, la supplémentation du collagène par voie orale favorise la génération de l’acide hyaluronique, l’élément clé pour hydrater notre peau. [1]
  • Selon certaines études, le collagène a aussi un pouvoir antioxydant qui empêche la formation des radicaux libres au niveau de notre peau. [2]
  • Certaines études supportent l’hypothèse que le collagène renforce les ongles et les cheveux fragiles et leur redonne leur brillance. [3]
  • Côté minceur, les peptides génèrent la satiété durable pendant un régime minceur. Pour réussir à perdre du poids, la prise du collagène avant les repas vous permet de réduire significativement votre appétit. Si vous avez envie de grignoter quelque chose tout le temps, vous pouvez prendre du collagène entre chaque repas. [4] Avec sa faible teneur en calories et sa propriété protéique, les peptides sont aussi très efficaces pour diminuer l’effet de cellulite. [5]
  • Les bénéfices sur les articulations et les os

Dans le traitement des maladies ostéologiques articulaires telles que l’arthrose, l’arthrite ou bien la polyarthrite rhumatoïde, la prise de peptides de collagène peut calmer les sensations inflammatoires. Ce premier effet est très facile à observer avec un traitement de courte durée. [6]

La supplémentation des peptides collagéniques à longue durée (plus de trois mois), grâce à ses actions sur la prolifération des chondrocytes, aide à régénérer les cartilages usés. Il contribue également à augmenter la lubrifaction des articulations. [7]

Au niveau des os, le collagène participe aux procédures de fixation du calcium et du phosphore sur vos os. La combinaison de calcium avec les fibres collagéniques aide à renforcer la solidité et la densité de vos os. [8]

  • Les bénéfices sur la récupération après effort

Pour les sportifs, les exercices intensifs peuvent endommager les muscles et les articulations. La protéine en poudre est idéale pour augmenter la masse musculaire, mais seuls les peptides de collagène ont un effet réparateur sur les muscles déchirés par l’effort physique. L’ingestion des peptides à haute biodisponibilité répare les microfissures du muscle et accélère sa régénération. [9]

Amélioration de la santé de notre système digestif. Les acides aminés dans le collagène, tels que la glycine, la glutamine et la proline soutiennent l’imperméabilité de nos intestins et calment les douleurs inflammatoires causées par des substances non désirables. Plus précisément, la glutamine et la proline renforcent et réparent la paroi de nos intestins, y compris la partie jonction serrée. La glycine joue un rôle de régulateur d’inflammatoire. [10]

Comment la consommation de peptides influence la production du collagène dans notre corps

Le fibroblaste est une cellule qui se trouve dans le tissu conjonctif, il s’occupe du renouvellement du collagène et des autres protéines fibreuses. Par un mécanisme de sécrétion extracellulaire, le fibroblaste produit des protéines qui forment les fibres du tissu conjonctif et le collagène intracellulaire.

Selon l’étude « Effets de l’ingestion de peptides de collagène sur les fibrilles de collagène et Glycosaminoglycanes dans le derme », l’ingestion de peptides de collagène induit une augmentation de densité des fibroblastes avec une amélioration significative de la formation de collagène fibrilleux dans le derme. [11]

Ceci n’est pas du tout étonnant, puisque l’on retrouve dans le collagène l’arginine et la glutamine, les deux acides aminés qui influencent le métabolisme et la formation du fibroblaste.

En plus des apports nutritionnels, les peptides de collagène digérés ont un effet stimulant sur les fibroblastes et les chondrocytes. Après réception du message hormonal émis par les peptides dépolymérisés par nos intestins, les fibroblastes et les chondrocytes vont déclencher la production du collagène. Ce phénomène se produit également au niveau des cellules épithéliales.

La prise du collagène peut-elle stimuler la production de l’acide hyaluronique ?

Lorsque les peptides de collagène sont assimilés par la voie digestive, ils se dégradent en di- ou tripeptides. Les scientifiques ont démontré que la proline-hydroxyproline, un dipeptide dérivé du collagène, a un effet stimulant sur la biosynthèse de l’acide hyaluronique. [12]

Les effets des peptides seront visibles à partir de quand ?

De façon générale, les effets des peptides de collagène sur la peau seront visibles à partir d’un mois. Selon d’une étude menée par COLLAGEN VITAL POWER, avec un dosage de 10 grammes de collagène marin par jour, la peau des participantes devient 19 % plus hydratée que les sujets participants qui ont pris le placebo. Cet écart grandit lorsque la durée de l’étude clinique se prolonge. On remarque jusqu’à 28 % de différence sur l’hydratation profonde des peaux mesurées par CORNEOMETER au bout de trois mois de test. Les augmentations de glycosaminoglycanes et de l’acide hyaluronique ont été également observées durant cette étude clinique.

Selon l’avis du Dr Gérard GUILLAUME, rhumatologue parisien : « Pour que les effets sur les articulations soient visibles, il faut attendre minimum trois mois. » Vous pouvez consolider les résultats avec un traitement jusqu’à six mois.

Vaut-il mieux prendre des peptides de collagène pur ou une formulation mixte ?

Cette question n’a pas de réponse standard, puisque les besoins de chaque individu sont différents.

Si vous suivez un régime alimentaire équilibré et sain, la supplémentation des peptides de collagène pur vous suffira. En effet, les aliments que vous consommez vous apportent tous les nutriments qui interviennent dans la biosynthèse du collagène. Il faut néanmoins que vous sachiez que le surdosage des vitamines peut provoquer des symptômes néfastes (diarrhée, sensation de fatigue, maux de tête, etc.).

Si vous souhaitez utiliser les peptides de collagène comme une solution nutri-cosmétique, associer la vitamine C avec les peptides est recommandé. Cela vous aide à renforcer la formation du collagène au niveau de la couche basale. La vitamine C a aussi une propriété antioxydante, ce qui est idéal contre la formation des radicaux libres.

Le cuivre étant un élément indispensable à la biosynthèse de collagène, les personnes qui ont une carence en cuivre doivent penser à prendre un complément pour combler ce manque. Il attribue également au bon fonctionnement de la masse osseuse et des cartilages. [13]

Pour éviter le dépassement des limites de sécurité concernant les vitamines et les minéraux, vous pouvez consulter la page 16 ce tableau publié par l’ANSE :

https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012sa0142.pdf.

Faut-il acheter des peptides uniquement dans une pharmacie ou une parapharmacie?

Les pharmacies ou les parapharmacies sont des endroits réglementés par l’État. Elles vous donnent un minimum de garanties au niveau de la qualité des peptides. Il faut donc se méfier des marques qui vendent leurs produits uniquement sur Internet. Les origines des ingrédients non contrôlées sont très dangereuses pour votre santé.

Cependant, il existe des marques qui mettent en vente leurs produits, non seulement dans les pharmacies, mais aussi sur Internet. Celles-ci sont souvent fiables.

Y a-t-il un dosage minimum ou maximum à respecter ?

Pour la posologie, le dosage minimum est de 2,5 grammes par jour. Cependant, vous pouvez aller jusqu’à 10 grammes par jour.

Pour atteindre vos objectifs d’anti-âge, les esthéticiens recommandent souvent un dosage compris entre 2,5 et 10 grammes. Si vous souhaitez un résultat visible en un mois, le dosage à 10 grammes par jours est idéal. Combiner ce traitement avec de la crème de soin de beauté amplifiera les effets tenseurs du collagène.

Pour traiter l’arthrose ou l’arthrite, les ostéologues et rhumatologues recommandent 10 grammes de peptides de collagène par jour.

Gardez à l’esprit que les peptides de collagène sont une protéine, leur consommation excessive n’implique pas de danger pour votre corps si vous n’avez pas de problèmes de santé. Néanmoins, si vous dépassez le dosage de 10 grammes par jour, vous pourrez tout de même avoir des troubles gastro-intestinaux.

Quel prix est relativement juste ?

De façon générale, les collagènes à boire format sticker sont les plus chers. Le prix varie entre un et trois euros le sticker de 10 grammes. Ces produits sont très faciles à administrer, ils ont aussi une meilleure biodisponibilité par rapport au format comprimé.

Ensuite, vous pouvez également trouver les gélules. Un peu moins chères que les stickers, leur prix est compris entre 8 et 9 centimes pour 3 gélules de 10 grammes.

Finalement, les comprimés sont les moins chers, mais présentent souvent un très faible dosage, de l’ordre de 2,5 grammes pour 4 comprimés. Le prix : 4 centimes par 10 grammes.

Quelles formes sont à privilégier lors de l’achat ?

Si votre budget n’est pas restreint, optez pour les peptides en format sticker. Ils sont très faciles à consommer et leur taux de biodisponibilité est très élevé par rapport aux autres formats.

Si vous n’aimez pas attendre la dissolution de la poudre dans l’eau, optez pour les gélules ! Elles ont presque les mêmes performances que les collagènes en poudre conditionnés dans les stickers.

Et, si votre médecin vous suggère un dosage à 2,5 grammes par jour, les comprimés seront parfaits pour commencer.

Dans quels cas devrais-je prendre des précautions avant le traitement ?

La plupart des fabricants de peptides refusent le fait que le collagène puisse être dangereux, mais ceci est néanmoins un fait à ne pas négliger, surtout si vous avez les problèmes de santé suivants.

Insuffisance rénale

Comme toutes les protéines, le collagène a un impact sur les reins, notamment lorsque vous souffrez d’insuffisance rénale. Il faut se renseigner auprès de votre médecin, il vous indiquera le seuil de surconsommation de protéines journalier. Ensuite, vous devrez inclure le dosage des peptides de collagène recommandé pour votre régime alimentaire spécifique.

Calculs rénaux d’oxalate de calcium

Si vous avez eu des calculs rénaux d’oxalate de calcium dans le passé, il est recommandé de consulter votre médecin traitant avant de prendre les peptides de collagène. Ils contiennent un acide aminé composante du collagène, appelé hydroxyproline, qui peut se transformer en oxalate et qui sera sujet d’excrétion par les reins. [14]

Cancer

La supplémentation en collagène ne provoque pas de cancer. Seulement, si vous êtes atteint d’un cancer, surtout le cancer du sein, il faut éviter la consommation de peptides. En effet, selon de nombreuses études cliniques, la supplémentation en collagène joue un rôle d’activateur pour la prolifération des cellules cancéreuses. [15]

Les allergies au collagène

Si vous êtes allergique à certaines protéines (fruit de mer, poisson marin, certaines viandes, etc.), méfiez-vous avant de prendre des peptides, car les réactions allergiques risquent de provoquer des conséquences graves sur votre santé. Tester avec le dosage minimum ou, encore mieux, demander l’avis de son médecin peut être des choix judicieux.

Si vous avez les réactions allergiques suivantes, arrêtez immédiatement votre traitement :

  • Des démangeaisons buccales ou dermiques.
  • Un gonflement des lèvres, de la langue, de la gorge ou d’autres parties du corps.
  • Des douleurs abdominales, diarrhées, nausées ou vomissements.

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune. Dans certains cas, on retrouve les anticorps de collagène chez les patients. Quand vous êtes dans cette situation, il est préférable d’en parler avec votre rhumatologue, il pourra vous donner des conseils utiles au sujet de la supplémentation en collagène. En effet, les scientifiques ont déjà démontré que la supplémentation en collagène type II n’a pas d’impact visible sur le traitement de polyarthrites rhumatoïdes existant. [16]

Références :

1 : “Oral Collagen Supplementation: A Systematic Review of Dermatological Applications” published on Journal of drugs in dermatology in 2019

2: “Antioxidant Activity of Collagen Extracts Obtained from the Skin and Gills of Oreochromis sp” published on Journal of medicinal food in 2019

3: “Oral supplementation with specific bioactive collagen peptides improves nail growth and reduces symptoms of brittle nails” published on Journal of cosmetic dermatology in 2017

4: “Amelioration of estrogen deficiency-induced obesity by collagen hydrolysate” published on International journal of medical sciences in 2016

5: “Dietary Supplementation with Specific Collagen Peptides Has a Body Mass Index-Dependent Beneficial Effect on Cellulite Morphology” published on Journal of medicinal food in 2015

6: “Targeting inflammatory sites through collagen affinity enhances the therapeutic efficacy of anti-inflammatory antibodies” published on Science advances in 2019

7: “Collagen VI enhances cartilage tissue generation by stimulating chondrocyte proliferation” published on Tissue engineering. Part A in 2015

8: “The role of collagen in bone strength” published on Osteoporos Int in 2006

9: “Increased collagen synthesis rate during wound healing in muscle” published on

PloS one in 2013

10: “Identification and Structure-Activity Relationship of Intestinal Epithelial Barrier Function Protective Collagen Peptides from Alaska Pollock Skin” published on

Marine drugs in 2019

11: “Effects of ingestion of collagen peptide on collagen fibrils and glycosaminoglycans in the dermis” published on Journal of nutritional science and vitaminology in 2006

12: “Collagen-derived dipeptide, proline-hydroxyproline, stimulates cell proliferation and hyaluronic acid synthesis in cultured human dermal fibroblasts” published on

The Journal of dermatology in 2010

13: “Collagen scaffolds functionalised with copper-eluting bioactive glass reduce infection and enhance osteogenesis and angiogenesis both in vitro and in vivo” published on

Biomaterials in 2019

14: “Hydroxyproline ingestion and urinary oxalate and glycolate excretion” published on

Kidney international in 2006

15: “Collagen 1A1 (COL1A1) promotes metastasis of breast cancer and is a potential therapeutic target” published on Discovery medicine in 2006

16: “Lack of efficacy of oral bovine type II collagen added to existing therapy in rheumatoid arthritis” published on Arthritis and rheumatism in 1999