Définition : une infection du site opératoire est une infection survenant dans les 30 jours suivant l'intervention, ou dans l'année s'il y a eu pose d'une prothèse (implant définitif tel que : valve cardiaque, prothèse articulaire, ...).
Une infection du site opératoire survient chez 3% des opérés
(10% des infections nosocomiales)
.
Les patients opérés ont 2 fois plus de risque d'acquérir une infection nosocomiale que les autres patients (qu'elle soit du site opératoire ou d'aun autre site).

A quel niveau peut se situer une infection du site opératoire ?

Quels sont les facteurs favorisant l'infection du site opératoire ?

Quels sont les principaux germes responsables ?
Quels sont les signes cliniques ?
Quels sont les modes de transmission ?
Quels sont les moyens de prévention ?
Comment se traite l'infection du site opératoire ?

Page précédente

 

 

 

 

 

 

 

 



A quel niveau peut se situer une infection du site opératoire ?

Il existe 3 niveaux d'infection (voir schéma) :
- les infections dites superficielles (60% des infections du site opératoire)
- les infections profondes (25%)
- les infections d'organe (15%)

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quels sont les facteurs favorisant l'infection du site opératoire?

Age extrême : avant 1 an et après 75 ans
       
Etat nutritionnel : amaigrissement et obésité
       
Maladies associées : Diabète, déficit immunitaire, insuffisance rénale chronique, ...
       
Médicaments : Traitement prolongé par corticoïdes, traitement antibiotique prolongé avant l'intervention, ...
       
Hospitalisation prolongée avant l'intervention
       
Facteurs liés à l'intervention elle-même
   

- Type et durée d'intervention
- Respect des règles d'asepsie, lavage des mains, préparation de la peau
- Contexte (urgence ou intervention programmée)
- Entretien du bloc, nombre de personnes présentes au bloc

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


Quels sont les principaux germes responsables ?

Le premier germe responsable d'infection du site opératoire est le staphylocoque doré :
Staphylococcus aureus 35%
Escherichia coli 10%
Pseudomonas aeruginosa 10%
Staphylocoque coagulase négatif 8%

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quels sont les signes cliniques ?

Le patient peut repérer lui-même les premiers signes :

Apparition de symptômes au niveau de la cicatrice
- Douleur à la palpation
- Rougeur
- Augmentation de la chaleur locale
- Ecoulement anormal
- Désunion des sutures
Ces signes sont évocateurs mais ne sont pas forcément synonymes d'infection.

L'apparition de fièvre est un signe d'alarme

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quels sont les modes de transmission ?


Il faut savoir, que le plus souvent, le germe qui va entraîner l'infection se trouve SUR la peau de l'opéré. La contamination par l'environnement du bloc (air ou eau) est très rare.

La contamination d'un patient opéré peut s'effectuer de 2 manières :

Au niveau de la plaie opératoire, avant, pendant ou après l'intervention

- Bonnes pratiques de désinfection de la peau insuffisantes
(PAS de rasage pour la dépilation : utilisation de crème ou d'une tondeuse fortement recommandée)
- Règles d'asepsie au bloc chirurgical insuffisantes
- Mauvaise maintenance de l'environnement du bloc opératoire
- Non respect des protocoles de soins de plaie

A partir d'une infection développée à distance de la zone opérée


Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quels sont les moyens de prévention ?

Avant l'intervention :
    - Limiter la durée de séjour avant l'intervention
- Reporter l'intervention en cas d'infection pré-existante
- Vérifier la réalisation de la douche antiseptique par le patient
- Expliquer l'épilation
- Respecter les bonnes pratiques de préparation de la peau
- Prescrire un traitement antibiotique préventif pour certaines opérations (selon les recommandations)
Pendant l'intervention :
    - Respect des règles d'asepsie
- Respect des règles générales d'hygiène au bloc opératoire (réglementation des entrées et sorties au bloc, port conforme de la tenue, lavage des mains, stérilisation du matériel, contrôles réguliers de la contamination des surfaces, de l'air et de l'eau).
Après l'intervention :
    - Respect d'une asepsie rigoureuse pour la manipulation des drains et pour les soins de cicatrice (pansement)
- Le patient devra éviter de toucher sa cicatrice, et de manipuler lui-même ses drains et redons

Retour Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Comment se traite l'infection du site opératoire?

Nettoyage de la plaie et parfois reprise chirurgicale
Peut être associé à un traitement antibiotique adapté au germe


Retour Haut de page